NatyB - Comprendre son cancer du sein, le combattre et le vaincre en beauté La boutique NatyB - Lingerie, ensembles, accessoires... Le forum de NatyB
Accueil Informations > Mais de quoi me parlent tous ces médecins ? > Les télomères ou comment forcer les cellules cancéreuses à vieillir
Les télomères ou comment forcer les cellules cancéreuses à vieillir

Les membres de l’équipe du P. GILSON de l’Ecole Nationale supérieure (ENS) de Lyon cherchent des méthodes pour provoquer le vieillissement des cellules cancéreuses. De nouveaux médicaments limitant la prolifération des tumeurs pourraient ainsi voir le jour. Au cœur de leur travail, les télomères

Mais qu’est ce donc ??
Il s’agit des bouts d’ADN, à l’extrémité des chromosomes, qui agissent comme une horloge du vieillissement des cellules : lorsqu’un cancer se développe, cette horloge se dérègle et les cellules cancéreuses deviennent immortelles.
L’objectif consiste à trouver des médicaments qui feront régresser la tumeur en la forçant à vieillir.

Mais, comment régler l’horloge ??
Chaque fois qu’une cellule se divise, les chromosomes perdent leurs extrémités, les fameux télomères. Les chromosomes deviennent ainsi de plus en plus petits et l’information génétique diminue. Au bout d’un moment, les chromosomes sont trop courts pour que la division se poursuive et la cellule « vieillit ». Lorsqu’un cancer se développe, ce processus se détraque. Les cellules cancéreuses se divisent et rien ne les arrête.

Pourquoi ??
Les télomères sont protégés par des protéines. Les chromosomes gardent ainsi leur taille permettant aux cellules de se dupliquer à l’infini et d’envahir l’organisme. La première protéine fautive a été démasquée en 1985 : il s’agit de la télomérase, présente dans plus de 90 % des cancers. En 1997, avec une équipe américaine, ces chercheurs lyonnais codécouvrent une nouvelle protéine baptisée TRF2, impliquée dans ce processus. Depuis, tous espèrent trouver les moyens pour inactiver cette protéine et ainsi l’empêcher de nuire.

Comment ??
Ils travaillent avec de la levure de boulanger dont le processus de division cellulaire est rapide et ressemble à celui des cellules humaines. Une des pistes actuelles : infecter les cellules tumorales avec un rétrovirus délivrant un gène empêchant la synthèse de TRF2.

Tout ceci en est encore au stade du « bricolage génétique » et il faudra encore du temps avant de parvenir à un traitement.