accessoires de lingerie, broches, cosmétiques
NatyB - Comprendre son cancer du sein, le combattre et le vaincre en beauté La boutique NatyB - Lingerie, ensembles, accessoires... Le forum de NatyB
Lexique

Tous les mots   A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A.L.D. (Affection Longue Durée) : La trentaine d'affections de longue durée reconnue par l'assurance maladie donnent droit à une prise en charge à 100 %, par la sécurité sociale, de tous les soins, traitements et frais d'hospitalisation en rapport direct avec cette pathologie.
Les médecins rédigent leurs ordonnances sur des feuillets "bi-zones" permettant de distinguer ce qui revient à l'ALD et ce qui dépend d'une autre affection.
ABLATION : geste par lequel on retire une anomalie, une tumeur, un organe ou une partie d’organe, un corps étranger, des points de suture, un drain, un cathéter, etc…
Syn. : exérèse, résection
ADENECTOMIE : intervention chirurgicale qui consiste à enlever un ganglion (différence à faire avec un évidemment ganglionnaire qui enlève plusieurs ganglions).
L’adénectomie est une biopsie qui permet un examen anatomopathologique du ganglion et donc un diagnostic.
ADENOCARCINOME : type de cancer qui se développe à partir des glandes (sein, thyroïde, prostate, etc..). 95 % des cancers du sein sont des adénocarcinomes.
ADENOFIBROME : tumeur bénigne très fréquente liée à la croissance régulière (non cancéreuse) de cellules du sein dans une zone localisée. Les adénofibromes (AF) se présentent comme des nodules.
ADENOMEGALIE : augmentation de volume d’un ou plusieurs ganglions.
ADENOPATHIE : ganglion (cf définition) anormal qui a augmenté de taille, douloureux ou non. Un ganglion peut grossir pour des raisons autres qu'un cancer du sein (infection par exemple).
ADJUVANT : Traitement adjuvant : traitement complémentaire d'un traitement principal. On peut également parler de traitement néo-adjuvant, réalisé cette fois avant un autre traitement (chimiothérapie néo-adjuvante par exemple : réalisée avant la chirurgie).
ALOPECIE : perte des cheveux.
C'est un effet secondaire, temporaire, de certains médicaments de chimiothérapie.
AMBULATOIRE : Hospitalisation en ambulatoire ou hospitalisation de jour : arrivée le matin et sortie le soir.
AMENORRHEE : : absence de règles.
ANATOMO-CYTO-PATHOLOGIE : examen au microscope de cellules (cytologie) ou de tissus (histologie) de l'organisme.
La cytologie et l'histologie sont les deux techniques de l'examen anatomo-cyto-pathologique.
L'histologie établit de façon sûre le diagnostic de cancer. De plus, cet examen permet de déterminer le type de cancer dont il s'agit.
ANEMIE : diminution du nombre de globules rouges dans le sang.
ANTALGIQUE : Médicament utilisé pour lutter contre la douleur.
ANTI-ANGIOGENIQUE : Médicament qui bloque le mécanisme permettant à la tumeur de développer des vaisseaux sanguins, l’empêchant ainsi de se nourrir et donc de se développer.
ANTI-EMETIQUE : médicament visant à prévenir et à traiter les nausées et vomissements liés aux traitements du cancer.
ANTI-MITOTIQUE : Médicament empêchant la division (mitose) et donc la prolifération cellulaire, utilisé dans le traitement des cancers
ANTI-NEOPLASIQUE : : moyen propre à lutter contre une néoplasie (un cancer).
Synonyme d’anti-cancéreux.
ANTI-PYRETIQUE : : moyen, substance ou médicament ayant la propriété de faire baisser la fièvre.
APLASIE : très forte diminution des globules blancs, accompagnée d'une baisse des autres éléments du sang (globules rouges et plaquettes). C'est un effet secondaire, temporaire, de certains médicaments de chimiothérapie.
APOPTOSE : Appelée aussi « mort cellulaire programmée », l’apoptose correspond aux phénomènes qui conduisent normalement à la mort « en douceur » des cellules, indispensable à l’équilibre du corps pour tenir compte du renouvellement des tissus. Dans certains cancers, l’accumulation des cellules à l’origine de la tumeur serait due en partie à une apoptose insuffisante et pas seulement à une production accrue.
AREOLE : cercle de couleur plus ou moins foncé entourant le mamelon.

Dans le "jargon médical" on peut également parler de PAM : plaque aréolo-mamelonnaire (aréole + mamelon).

Après une reconstruction du sein, celle du mamelon et de l'aréole peut être pratiquée quelques mois plus tard. Réalisée sous anesthésie générale ou locale, elle dure environ deux heures. Pour reformer le mamelon, le chirurgien décolle, regroupe, plisse et réhausse des lambeaux de peau à l'endroit même du mamelon. L'aréole peut être reformée avec de la peau prélevée dans l'entrejambe ou, éventuellement, sur le sein opposé. Pour retrouver le même teint de peau, mamelon et aréole peuvent être tatoués. Le tatouage est d'ailleurs bien souvent la seule technique utilisée pour cette reconstruction. Il est alors réalisé sous simple anesthésie locale.

Il existe aussi des prothèses adhésives de plaque aréolo-mamelonnaire qui se mettent facilement en lieu et place de la PAM sur la prothèse externe ou sur le sein reconstruit.
ASTHENIE : Faiblesse, fatigue générale, perte de force.
AXILLAIRE : les ganglions axillaires sont les ganglions situés sous les bras, au niveau des aisselles
BENIN : : sans gravité (s’oppose à malin).
BILAN : Un bilan évalue l'état de santé d'une personne.

- bilan diagnostique : il a pour but de déterminer s'il s'agit bien d'un cancer et d'identifier le type de cancer,

- bilan d'extension : il recherche l'éventuelle étendue du cancer et la présence ou non de métastases.
BIOPSIE : Prélèvement qui permet de préciser la nature de cellules retirées.
Leur analyse se fait au microscope et demande généralement 10 jours. Les biopsies se font souvent chez un radiologue sous échographie ou sous mammographie mais elles peuvent nécessiter une opération chirurgicale.
Plusieurs types de biopsie permettent d'examiner le tissu mammaire (cf article dans rubrique "mais de quoi me parlent tous ces médecins).
CA 125 : : cet antigène a été isolé en 1983 à partir d’un cancer de l’ovaire. Il est produit et dosé pour les cancers d’ordre digestif ou génital. Il peut être élevé dans de maladies digestives ou génitales non cancéreuses. Son dosage est surtout intéressant dans les cancers de l’ovaire. Le CA 125 aide beaucoup à la surveillance grâce à d’éventuelles fluctuations traduisant une réponse ou pas à un traitement et permet de détecter une rechute en cas de hausse soudaine……
CA 15 3 : : cet antigène est « associé » et dosé lors d’un cancer du sein. Il faut dire malgré tout qu’il n’accompagne pas tous les cancers du sein et peut rester normal même en cas de cancer du sein avéré. Il n’a donc qu’un intérêt limité mais peut contribuer à la surveillance permettant de suivre grâce aux éventuelles fluctuations une réponse ou pas à un traitement, de détecter une rechute en cas de hausse soudaine……
CA 19 9 : : cet antigène a été isolé en 1979 à partir d’un cancer du côlon. Il est produit et dosé pour les cancers d’ordre digestif (pancréas, estomac, côlon..) ou génital (ovaire). Il peut être élevé dans des maladies non cancéreuses du pancréas ou du foie. Pas très spécifique, il n’est pas très sensible et contribue surtout à la surveillance permettant de suivre grâce à d’éventuelles fluctuations une réponse ou pas à un traitement, de détecter une rechute en cas de hausse soudaine……
CA : : de l’anglais cancer antigen, est une abréviation qui désigne différentes substances (antigènes) produites par les cellules cancéreuses. Ces cellules peuvent être libérées dans le sang. Les plus importants sont le CA 15 3, le CA 19 9, le CA 125.
CALCIFICATIONS/MICROCALCIFICATIONS : Ce sont des dépôts, des concrétions de calcium, le plus souvent de petite taille (microcalcifications).
Elles se forment lorsqu'il existe des anomalies dans le sein. Ces anomalies sont souvent bénignes mais peuvent aussi correspondre à un cancer qui sera donc généralement intra-canalaire.
CANCEROGENE : : substance, facteur ou situation susceptible de favoriser ou produire l’apparition d’un cancer.
On dit aussi parfois (à tort) cancérigène.
CANCEROGENESE : Etape de la transformation d'une cellule normale en une cellule cancéreuse.
CANCEROLOGUE : Médecin spécialiste du cancer.
On parle d'oncologue pour le médecin spécialisé dans les traitements par chimiothérapie
CARCINOGENE : Capable de provoquer le cancer.
CARCINOLOGIE : : étude des cancers.
Synonyme de cancérologie, oncologie.
CATHETER : Tuyau souple et fin introduit dans une veine afin d'y injecter un produit ou des médicaments ou pour faire une prise de sang (cf article plus complet dans "mais de quoi me parlent tous ces médecins").
CELLULE : Elément visible au microscope dont est constitué tout organisme vivant. Des cellules identiques assemblées entre elles forment un tissu.
Les cellules cancéreuses sont des cellules qui se sont modifiées et se multiplient de façon anormale.
CENTRAGE : Une radiothérapie (traitement par rayons) n'est efficace que si la zone à traiter a été repérée avec exactitude, centrée. Il est essentiel de placer le malade dans une position précise de façon à pouvoir reproduire les mêmes conditions d'une séance à l'autre. Avant toute radiothérapie, une séance de centrage est nécessaire.
CEPHALEES : : maux de tête
CHIMIO-SENSIBLE : Se dit d'une tumeur cancéreuse si celle-ci réagit aux médicaments de chimiothérapie, notamment lorsque sa taille diminue sous l'effet de la chimiothérapie.
CLASSIFICATION T.N.M. : Système de classification des tumeurs selon trois critères qualifiant l'évolution de la maladie.
T : taille de la tumeur,
N : atteinte ganglionnaire,
M : présence ou non de métastases.
CONSENTEMENT ECLAIRE : : c’est l’accord qu’un malade donne à son médecin pour l’autoriser à intervenir sur sa personne.
CONSERVATEUR : Traitement conservateur : opération chirurgicale qui retire uniquement la tumeur et permet de conserver l'organe atteint (le sein par exemple).
CURAGE AXILLAIRE/CURAGE GANGLIONNAIRE (CA) : Opération chirurgicale qui consiste à enlever une partie des ganglions de l'aisselle afin d'examiner s'ils sont atteints par des cellules cancéreuses.
CURATIF : : se dit d’un traitement dont l’intention ou le résultat est de guérir une maladie, dite curable. S’oppose à palliatif.
CYTOSTATIQUE : Se dit d’une substance qui arrête la multiplication des cellules. Les médicaments administrés lors d’une chimiothérapie sont appelés cytostatiques.
DRAIN/REDON : Tuyau souple et fin.
Maintenu à la base de la cicatrice, il permet au sang et à la lymphe d'être évacué.
DRAINAGE LYMPHATIQUE : : manœuvre manuelle (massage effectué par un kinésithérapeute) ou à l’aide de manchons gonflables (pressothérapie) pour favoriser la circulation de la lymphe quand elle a tendance à s’accumuler (lymphoedème) dans un membre, en particulier après une opération au niveau des ganglions axillaires ou de l’aine.
DYSPNEE : Respiration difficile et pénible.
DYSPNEE : : difficulté à respirer ou essoufflement.
ectomie : : suffixe signifiant ablation.
Tumorectomie, ablation d’une tumeur, mastectomie ou mammectomie, ablation du sein…
EPISTAXIS : : saignement de nez.
EPITHELIOMA : : terme « désuet » désignant un cancer développé à partir d’un épithélium. Est désormais remplacé par carcinome.
Examen EXTEMPORANE (EXTEMPO) : Examen au microscope réalisé par le médecin anatomopathologiste au cours d'une intervention chirurgicale. Les résultats de cet examen, immédiatement disponibles, permettent au chirurgien d'adapter le type de chirurgie au cours de cette même opération. L'examen extemporané ne remplace pas l'examen anatomopathologique réalisé systématiquement après une opération.
EXERESE : Opération chirurgicale par laquelle le chirurgien enlève une tumeur ou un organe.
FACTEUR DE RISQUE : Elément qui peut favoriser le développement d'un cancer ou sa rechute.
GALACTORRHEE : Ecoulement de liquide blanchâtre ou incolore par le mamelon en dehors de toute période de grossesse ou d'allaitement.
GANGLION : Les ganglions sont de petits renflements répartis le long des vaisseaux lymphatiques et disposés dans certaines parties du corps. Les ganglions jouent un rôle essentiel dans la protection du corps contre les infections ou les cellules cancéreuses. Ils sont superficiels (dans le cou, l'aisselle, l'aine), profonds (dans l'abdomen, le thorax). Ils mesurent normalement moins d'un centimètre de diamètre. Si leur taille est anormale, on parle d'adénopathie.
GENE : : élément d’un chromosome qui transmet une particularité héréditaire.
GLOBULES BLANCS : : aussi appelés leucocytes.
Il en existe trois sortes principales les granulocytes, les lymphocytes, les monocytes.
Leur rôle est de lutter contre les infections durant lesquelles ils augmentent.
GLOBULES ROUGES : : aussi appelés hématies ou érythrocytes.
Ce sont les cellules les plus abondantes dans le sang.
GRADE : Degré d'agressivité (de malignité) d'une tumeur.
C'est l'examen microscopique qui établit le grade. Il permet d'adapter le traitement en liaison avec les autres caractéristiques de la tumeur (cf article dans "mais de quoi me parlent tous ces médecins").
GRAY (Gy) : Unité mesurant la dose de radiation absorbée par l’organisme.
GYNECOMASTIE : : développement exagéré des glandes mammaires chez l’homme.
HALSTED : Intervention chirurgicale (portant le nom du médecin qui l'a mise au point) très mutilante, courante il y a plusieurs dizaines d'années, pour traiter le cancer du sein.
Aujourd'hui, grâce aux progrès de la chirurgie conservatrice associée à la radiothérapie, elle n'est pratiquement plus pratiquée.
HEMOGLOBINE : Pigment contenu par les globules rouges qui donne au sang sa couleur rouge. L'hémoglobine permet aux globules rouges de fixer l'oxygène. Sa diminution définit l'anémie.
HEPATIQUE : Relatif au foie.
HORMONO-SENSIBLE/HORMONO-DEPENDANT : Se dit d'un cancer sensible au traitement par hormonothérapie.
On peut savoir si un cancer est hormono-sensible (dépendant) par le dosage des récepteurs hormonaux (RH) (cf article dans "mais de quoi me parlent tous ces médecins).
HYSTERECTOMIE : : ablation chirurgicale de l’utérus.
INDEX MITOTIQUE : Index qui correspond au pourcentage de cellules cancéreuses en train de se diviser (en phase de mitose).
Cet index permet donc d'évaluer la vitesse de prolifération tumorale.
INFRA-CLINIQUE : : non palpable
IRM (imagerie par résonance magnétique) : Technique d'imagerie qui fait appel à un champ magnétique très puissant et non aux rayons X pour produire des images.
En raison de la force de l'aimant, il est nécessaire de ne pas s'approcher de l'appareil avec des objets métalliques (pièces, aiguilles, bijoux, clés, montre) ou avec des cartes magnétiques (cartes bancaires, tickets de bus, etc...)
Pendant une IRM, vous êtes couché sur le lit d'examen qui glisse doucement dans un anneau ouvert. Pendant cet examen, vous entendez un bruit de tam tam plus ou moins fort et plus ou moins rapide.
Une IRM dure environ 20 mn. Ce n'est pas un examen douloureux et il n'est pas nécessaire d'être à jeun.
LEUCOCYTE (globule blanc) : Cellules produites dans la moelle osseuse et responsables de la défense de l'organisme.
LYMPHE : Liquide transportant des globules blancs, des protéines et des graisses.
C'est ce liquide qui remplit les cloques en cas de brûlure.
Le système lymphatique draine la lymphe du sein en premier lieu vers les ganglions situés dans l'aisselle. (système lymphatique du sein).

LYMPHOCELE : : poche de lymphe qui s’accumule sous la peau.
Les lymphocèles sont très fréquentes et bénignes. Votre chirurgien l’évacue par simple ponction, indolore. Plusieurs ponctions peuvent être nécessaires.
LYMPHOEDEME : Le curage axillaire diminue et ralentit la circulation de la lymphe au niveau de la région du sein opéré et du bras ce qui peut faire apparaître un léger gonflement : un lymphoedème.
Il est possible de réduire le risque d'apparition d'un lymphoedème en respectant quelques mesures de précaution (cf drainage lymphatique)
MAMMOPLASTIE : : « reconstruction mammaire ».
MARGE DE SECURITE : Zone de sécurité que le chirurgien enlève autour de la tumeur lors d'une chirurgie conservatrice.
Cette marge de sécurité permet de limiter le risque de récidive.
MARQUEUR TUMORAL : : marqueur sérique (cf CA).
MARQUEURS TUMORAUX : Certaines cellules du corps produisent et libèrent dans le sang des substances particulières. Les cellules de certains cancers peuvent libérer des quantités plus ou moins importantes de ces substances. Pour cette raison, ils sont appelés marqueurs tumoraux.
On les dose par une simple prise de sang. (cf article dans "mais de quoi me parlent tous ces médecins).
Pour le cancer du sein, on dose le CA 153.
MASTECTOMIE (MAMMECTOMIE) : Opération chirurgicale qui consiste à enlever tout le sein, c'est à dire la totalité de la glande mammaire, une partie de la peau du sein, le mamelon et l'aréole.
De nos jours, cette intervention est encore nécessaire pour 25 à 40 % des patientes qui ont un cancer du sein. (il existe des mastectomies sous cutanées, le chirurgien laisse alors en place la totalité ou la quasi totalité de la peau du sein, mais l'aréole et le mamelon sont souvent emportés).
MENOPAUSE : Modification hormonale aboutissant à la cessation définitive des règles.
METAPLASIE : : phénomène suivant lequel un tissu d’un type donné se transforme en un tissu d’un autre type.
METASTASE : Migration (on dit aussi dissémination ou propagation) de cellules cancéreuses qui proviennent d'une tumeur primaire (sein par exemple) et qui se développent dans un autre organe.
On parle aussi de maladie métastatique, de cancer généralisé ou de localisation secondaire.

MICROCALCIFICATIONS/CALCIFICATIONS : Ce sont des dépôts, des concrétions de calcium, le plus souvent de petite taille (microcalcifications). Elles se forment lorsqu'il existe des anomalies dans le sein. Ces anomalies sont souvent bénignes mais peuvent aussi correspondre à un cancer qui sera donc généralement intra-canalaire.

MUCITE : Lésions parfois provoquées par la chimiothérapie au niveau des muqueuses digestives, entrainant le développement d'aphtes dans la bouche ou la gorge et/ou parfois de diarrhée.
MUTATION : : modification qui touche les gènes d’une cellule.

NAEVUS : : grain de beauté.
NAUSEES : Effets secondaires (ou indésirables) dus à la toxicité de produits utilisés en chimiothérapie, les nausées peuvent désormais être prévenues efficacement dans un grand nombre de cas grâce à de nouveaux antiémétiques très efficaces.

NECROSE : Mort des cellules d'un corps vivant.
NEUTROPENIE : Baisse du nombre des polynucléaires neutrophiles dans le sang.
L'importance et la durée de cette diminution conditionnent le risque d'infection. Elle est très souvent observée au cours des cures de chimiothérapie.
NUMERATION - FORMULE SANGUINE (NFS) : Examen qui, à la suite d'une prise de sang, vise à compter les différents composants du sang (globules rouges, globules blancs, plaquettes).

ONCOLOGIE : Etude des tumeurs, cancérologie.
OVAIRES : Paire de glandes de la taille d'une olive, situées de chaque côté de l'utérus, produisant à la fois les ovules nécessaires à la reproduction et les hormones ovariennes, œstrogènes et progestérone.
OVARIECTOMIE : : ablation des ovaires.
PALLIATIF : : définit un traitement dont le but n’est plus de guérir. On peut parler de traitement palliatif, de radiothérapie, de chirurgie palliative…..
S’oppose à curatif.
PERMEATION : : (nodules de perméation) : nodules sous la peau correspondant à un mode de propagation des cellules cancéreuses.
PET SCAN ou TEP (tomographe à émission de positons) : Les cellules cancéreuses consomment davantage de glucose (sucre) que les autres. Alors, comment ça marche ? Et bien, on injecte au patient du simple sucre marqué par un atome radio-actif, le fluor 18. L'examen commence environ une heure après. Le patient est allongé dans un tunnel. Des caméras spéciales détectent le rayonnement émis par le sucre radio-actif qui s’est dispersé dans le corps et révèle ainsi les zones où il s’est concentré et c’est le cas donc en présence de cellules cancéreuses. En effet, les cellules cancéreuses se multiplient rapidement et sont donc très gourmandes en sucre. Il s’agit d’un examen indolore, non toxique et qui ne provoque pas d’allergie. Vous pouvez repartir seul. Il vous sera par contre demandé de rester à jeun avant l'examen et de boire au moins 1/2 litre d'eau plate, non sucrée. (Si votre médecin vous prescrit un TEP, pensez par contre à lui dire si vous êtes diabétique).

PHYLLODE : : (tumeur phyllode) : tumeur bénigne.
PORT A CATH (PAC) : Ce réservoir implanté sous la peau, un peu en dessous de la clavicule et relié par l'intermédiaire d'un cathéter à un gros vaisseau sanguin permet d'effectuer des injections et des perfusions intraveineuses.
Utilisé au cours des chimiothérapies.
PROGESTERONE : Hormone femelle produite par le corps jaune de l’ovaire pendant la seconde phase du cycle et pendant la grossesse.
PROPHYLACTIQUE : Agent ou moyen qui prévient ou aide à la prévention d'une affection.
Chirurgie prophylactique : opération qui consiste à enlever un organe potentiellement cancéreux ou qui risquerait à plus ou moins long terme de le devenir. Par exemple, la thyroïde ou le sein dans le cas de certains cancers dus à des prédispositions génétiques qu'on identifie aujourd'hui par des tests.
PROPHYLAXIE : : prévention
QUADRANTECTOMIE : Ablation d'un quart du sein.
Le sein est divisé en quatre secteurs ou quadrants : le quadrant supéro-interne, le quadrant supéro-externe, le quadrant inféro-interne et le quadrant inféro-externe.
RAD (cf Gray) : : unité utilisée en radiothérapie pour quantifier l’énergie apportée par un rayonnement et absorbée par une tumeur ou un tissu.
Depuis 1975, le rad est remplacé par le Gray (1 rad = 0.01 Gray).
RADIODERMITE : : ensemble des réactions provoquées par une irradiation.
RADIOTHERAPIE : Traitement local du cancer à l'aide d'un appareil qui émet des rayons. Ces rayons dirigés vers la tumeur vont la détruire.
On parle aussi en parlant de ce traitement de "rayons". Pour une radiothérapie classique après un traitement chirurgical pour cancer du sein, la durée est généralement de 5 à 6 semaines avec 5 séances hebdomadaires (du lundi au samedi). Chaque séance ne dure que quelques minutes.

RECIDIVE : Réapparition de la tumeur après la disparition initiale.
REMISSION : Diminution voire disparition des signes ou des symptômes du cancer.

RESECTION : : acte chirurgical qui consiste à enlever une anomalie, une tumeur, un organe ou une partie d’organe.
Syn. : ablation, exérèse.
Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP). : Réunion entre professionnels de santé (staff) où se discutent les traitements proposés à un patient. Ces réunions comprennent en général un chirurgien, un oncologue, un hématologue, un pathologiste et un radiothérapeute. Lors de ces réunions, une proposition de traitement est élaborée et sera expliquée au patient.
SARCOME : Les tumeurs ayant pour siège des tissus conjonctifs (graisse, os, muscles....) sont appelées sarcomes (voir différence avec carcinome sus expliquée).

SCANNER (TOMODENSITOMETRIE) : Technique radiologique donnant des images détaillées selon des plans de coupe successifs.
SCINTIGRAPHIE : Technique d'imagerie qui nécessite l'absorption ou l'injection d'une substance radio-active, sans danger. La façon dont cette substance se fixe dans l'organisme permet de détecter d'éventuelles métastases.
La scintigraphie est un examen qui dure entre 3 et 5 h, le temps que le produit radio-actif injecté se diffuse. Pendant une scintigraphie, vous êtes couché ou assis sur lit d'examen. La caméra tourne autour de vous. Vous pouvez signaler ce que vous ressentez à haute voix. Après l'examen, vous pouvez reprendre une activité normale. La scintigraphie est un examen non dangereux, le rayonnement reçu est comparable à celui d'une radiographie des poumons. La très fabile quantité de substance injectée est indolore, non toxique et ne provoque pas d'allergie. Vous pouvez manger et boire comme d'habitude avant de venir passer une scintigraphie. Vous pouvez prendre vos médicaments habituels sauf si votre médecin vous demande de modifier votre traitement. (en cas de scintigraphie cardiaque, vous ne devez boire ni thé ni café avant l'examen, vous pouvez manger et boire. Vous ne devez pas rester à jeun).

SEGMENTECTOMIE (TUMORECTOMIE) : Opération qui consiste à retirer l'anomalie au niveau du sein, sans enlever le sein. On parle aussi de tumorectomie (on retire juste la tumeur) ou de traitement conservateur (on conserve le sein).
SENOLOGIE : Médecine du sein.
TAXANES/TAXOIDES : Famille de médicaments isolés à partir de l'if et développés à partir de 1980. Ses deux premiers représentants sont le paclitaxel (taxol) et le doctoral (taxotère). Utilisés en chimiothérapie, ce sont des cytotoxiques (c'est à dire qu'ils sont toxiques pour la cellule). Ils agissent au niveau des fuseaux qui guident la division de la cellule et bloquent la multiplication des cellules et plus paticulièrement des cellules cancéreuses.
Les taxanes ont démontré leur efficacité sur les tumeurs cancéreuses du sein, des poumons, de la prostate, de la sphère ORL.

TEP ou PET SCAN (tomographie à émission de positons) : Les cellules cancéreuses consomment davantage de glucose (sucre) que les autres. Alors, comment ça marche ? Et bien, on injecte au patient du simple sucre marqué par un atome radio-actif, le fluor 18. L'examen commence environ une heure après. Le patient est allongé dans un tunnel. Des caméras spéciales détectent le rayonnement émis par le sucre radio-actif qui s’est dispersé dans le corps et révèle ainsi les zones où il s’est concentré et c’est le cas donc en présence de cellules cancéreuses. En effet, les cellules cancéreuses se multiplient rapidement et sont donc très gourmandes en sucre. Il s’agit d’un examen indolore, non toxique et qui ne provoque pas d’allergie. Vous pouvez repartir seul. Il vous sera par contre demandé de rester à jeun avant l'examen et de boire au moins 1/2 litre d'eau plate, non sucrée. (Si votre médecin vous prescrit un TEP, pensez par contre à lui dire si vous êtes diabétique).

THROMBOPENIE : Diminution du taux de plaquettes. Son degré conditionne le risque d'hémorragie

THROMBOPENIE : : diminution du nombre de plaquettes dans le sang.
Elle expose aux hémorragies.
THROMBOSE : : formation d’un caillot (thrombus) dans l’appareil circulatoire.
TOXICITE : Terme utilisé pour décrire les effets secondaires indésirables d'un traitement.
TRAITEMENT ADJUVANT : Traitement complémentaire d'un traitement principal.
On peut également parler de traitement néo-adjuvant, réalisé cette fois avant un autre traitement (chimiothérapie néo-adjuvante par exemple : réalisée avant la chirurgie).

Traitement Hormonal Substitutif (THS) ou traitement hormonal de substitution. : Le principe des Traitements Hormonaux Substitutifs (THS) ou Traitements Hormonaux de la Ménopause (THM) est de remplacer les deux hormones (l'estrogène et la progestérone) dont la production par les ovaires cesse au moment de la ménopause. Ils permettent de réduire les effets secondaires de la ménopause que l'on appelle aussi « désordres climatériques » : les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil et de l'humeur, la sécheresses vaginale, etc.
Tumeur PROLIFERATIVE : Tumeur qui a la capacité de se développer rapidement.
TUMORECTOMIE : Opération qui consiste à retirer l'anomalie au niveau du sein, sans enlever le sein. On parle aussi de segmentectomie (on retire un segment) ou de traitement conservateur (on conserve le sein).
VAISSEAU LYMPHATIQUE : Canal par lequel circule la lymphe. Ces vaisseaux forment avec les ganglions le système lymphatique.
Les vaisseaux lymphatiques véhiculent la lymphe, liquide produit par le corps dans lequel baigne l'ensemble des cellules.
VS (vitesse de sédimentation) : : Dosée lors d’une prise de sang, une VS élevée est synonyme d’inflammation.